Motivation pour les jeunes entrepreneurs Burundais. Speech #LightAward2019

L’entrepreneuriat, les jeunes du Burundi et l’interdépendance.

Motivation pour les jeunes au lancement du projet ‘Light Award’ à l’université Lumière de Bujumbura .

Bonjour tout le monde,

Je suis ravi d’être ici parmi vous aujourd’hui.

On dit ‘toujours’ que l’Afrique est ‘toujours’ dependant d’aide…

Vous, les jeunes, vous ne devez pas acceptez!

La vérité c’est qu’on est tous interdépendant, tout le monde dans le monde entier!

Je suis content de voir que les jeunes ici au Burundi prennent des initiatives pour changer cette mentalité de dépendance. Il y a les initiatives comme @jimberemag, @EmpowerBurundi et tant d’autres, l’esprit de @GroupSpears.

L’essentiel c’est que une économie saine contribue au bien-être de ses habitants. Une économie saine dépend de ses entrepreneurs et ses consommateurs. Cette économie a besoin d’un équilibre  et surtout de liberté.

La liberté, c’est aussi la liberté d’échouer pour l’entrepreneur.

Quand on a l’habitude d’être dépendant, on vie dans une société qui n’a pas d’esprit libre. L’esprit est par conséquent, limité. On n’ose plus rêver, imaginer..

La liberté, c’est l’oxygène dont les entrepreneurs et les consommateurs ont besoin.

La liberté de penser, de parler et, plus important, la liberté d’agir. La parole sans action ne vaut rien. Mais de paroles négatives peuvent causer beaucoup de dégâts.

Un entrepreneur a besoin de la liberté d’échouer. Parce que essayer est beaucoup plus important que de réussir.

On n’apprend profondément que par l’expérience, on devient plus sage et plus résistant.

Le chemin que tu marches est souvent plus intéressant que ton but ou ton destin.

Certainement dans une société où il ya beaucoup de peurs et beaucoup de doutes, on a peur d’échouer. Il n’y pas de marge pour ne pas réussir. On pense que les enjeux sont très important. On croit qu’on a beaucoup à perdre. C’est vrai, mais on oublié autres choses:
‘Si on échoue, qu’est ce qu’on perd réellement? On oublie souvent ce qu’on a gagné.’

Se sont ces gens là, d’un esprit fermé, matérialiste, qui vont critiquer l’entrepreneur qui sera considéré d’avoir échoué par ce qu’il ne répond pas à leurs attentes (souvent les attentes de la famille).
Mais les esprits fermés, eux-mêmes, ils ne font rien. Ils ne contribuent en rien ni au progrès d’eux mêmes, ni au progrès de la société.

Mais c’est quoi alors un esprit ouvert?

L’esprit libre et ouvert

Dans la vie, depuis qu’on est enfant, on est conditionné par son entourage,

les parents, système d’éducation, la société, …

Par ce conditionnement notre esprit devient fermé.

Et dans des sociétés difficiles, l’esprit est encore plus fermé.

Un entrepreneur est pas seulement conscient de sa propre valeur mais aussi de la valeur des autres.

Il/elle connait ses forces mais aussi ses défauts.

Il/elle est conscient(e) de ses passions, de ses talents et le talents des autres.

Chaque personne devait être proactif dans sa vie et certainement un entrepreneur. 

D’une façon ou d’ une autre, on est tous entrepreneur de notre vie.

Un enfant est dépendant de ses parents. Le but est de devenir indépendant.

Mais une personne consciente sais que le monde entier est interdépendant.

On est tous connectés.

Un entrepreneur conscient sait ce qu’il a à offrir et il/elle sait que les autres ont à offrir.

Il/elle voit aussi les vides et il va essayer de remplir ces vides.

Il/elle voit des choses existantes mais il voit aussi les défauts qu’il va essayer d’améliorer.

Il/elle apporte une valeur ajoutée.

Un esprit ouvert est curieux. Il/elle est conscient de son environnement. Il/elle voit beaucoup plus qu’un esprit fermé. Un esprit fermé reste conditionné, ne voit pas d’opportunités et reste souvent négatif.

Un esprit ouvert sait que tout est temporaire et tout change tout le temps.

Confronté avec une société d’esprit fermé et négative, il/elle est conscient(e) qu’il doit se renforcer à l’intérieur de soi-même. Devenir proactif, et pas réactif.

Quand on est proactif on a la capacité d’agir ou d’être productif.

Il faut croire, pas espérer, qu’on peut vraiment créer ces propres chances.

Beaucoup de gens attendent ‘le bon moment’, ‘attendent leurs chances’.

Mais une personne proactif avec l’esprit libre et ouvert, analyse, étudie tout les temps,

pas pour reproduire ce qu’il apprend des autres

mais pour créer des opportunités et créer ses propres chances.

Il n’attend pas le feu vert des autres, il croit en lui, il est conscient.

Ceci ne veut pas dire qu’il est impatient, non, il attend ce qu’il considère le moment et il cherche le courage de le faire. Il est convaincu qu’il doit agir et il n’est, mentalement, pas dépendant du résultat.

Il sait qu’il peut échouer mais il ne laisse pas cette peur le bloquer.

Il n’est pas dépendant de ce qui se passe à l’extérieur pour se renforcer.

N’importe ce qu’il se passe à l’extérieur, il/elle a ses principes et ses valeurs. Et c’est à partir de cette force qu’il/elle agit.

Si on se réalise qu’on est tous interdépendant on devient aussi moins égoïste. On se réalise que, si on fait des choses qui contribuent au bien-être et le bonheur des autres parce que on est tous un, interdépendant, la chance de réussite sera plus réelle.

C’est par l’altruisme, la compassion que l’esprit ouvert est renforcé et protégé par l’univers.

 

 

 

 

Les compétences d’un entrepreneur:

  1. La curiosité. Apprendre par soi-même. Être pro-actif et pas réactif.

2.Écouter pour comprendre, pas pour répéter. Quels sont les besoins?

3. Gestion de temps.

4. Réflexion stratégique. Problèmes et solutions.

5. Efficacité.

6. Résistance.

7. Précis et concis dans la communication.

8. Networking. Développer son réseau. Opportunités, partenaires, clients…

9. Savoir gérer de l’argent.

10. Attitude de serviteur. Savoir (se) vendre

 

 

Stephan Doukhopelnikoff

Avocat en affaires depuis l’age de 22 ans.

Mentor de jeunes entrepreneurs, il donne des formations pour developper des compétences en gestion de temps, gestion de projets, mind mapping, présentation and communication.

Manager d’une entreprise de 150 travailleurs, manager financier et marketing d’une concession de Mercedes-Benz à l’age de 24, il partage ses expériences avec les jeunes.

Il est membre à vie de JCI, Junior Chambre International, une organisation qui aide les jeunes entre 18 et 40 ans à se développer pour contribuer à un changement positive de la société.

En 2008, JCI lui a attribué le titre de sénateur à vie pour ses merites.

Dans cette function il était aussi membre du prestigieux

AWARD COMMITTEE best young entrepreneur of the year JCI Limburg.

Une activité qui attire chaque année, 1000 visiteurs entrepreneurs.

Advertisements

Agriculture in Burundi. Challenges. Solutions

AGRICULTURE

From IFDC Website,

Child with isuka by DOUTTI

Of Burundi’s total land area,
33 percent is utilised for cultivated crops, while another
14 percent supports permanent crops such as trees bearing fruits and nuts.

The economy is also highly dependent on the export of coffee and tea,
which account for 90 percent of the country’s foreign exchange earnings.

 

 

CHALLENGES
Due to outdated agricultural practices and poor use of resources,
68 percent of Burundi’s population lives in poverty.

Two of several urgent agricultural issues facing Burundi are
soil erosion and deforestation.

PRODUCTS
Banana . Cassava . Coffee . Cotton . Hides . Livestock . Maize . Milk . Sorghum . Sweet Potato . Tea

PROJECTS
PAPAP Projet d’Appui à la Productivité Agricole au Burundi.
PIP:Plan Intégré Paysan.
PSSD: Private Seed Sector Development
MAVC: Microcredit Agricole and Value Chain

#GreeningBurundi. 1 Million trees by Emmanuel Niyoyabikoze. Example for the youth.

#GreeningBurundi. 1 Million trees by Emmanuel Niyoyabikoze. Example for the youth.

Emmanuel. Example for the youth. #greeningburundi #burundigo

This is a story about believing, compassion, Life, creativity and embracing nature in Burundi.
We are one.

Deforestation is a major problem in Burundi, with trees being cut down for fuel or for agricultural clearing; as a result, there is very little natural forest vegetation remaining. Only 5.4 percent of Burundi’s land mass is officially protected.

Trees. GreeningBurundi

Trees.
Thanks to them
we can breathe,
they feed us,
they heal us…
and they ask nothing from us in return.

 

Emmanuel Niyoyabikoze is 24 and lives in Bubanza, Burundi.

Emmanuel Niyoyabikoze. #GreeningBurundi

His goal is to plant 1.000.000 trees.

The trees are planted on his nursery next to the Kidahwe river.

We visited him, last week, on Wednesday 13 February, 2019.

The way he walks his path of Life…

He writes on Facebook, Twitter. Also in English.

Twitter: @EmmanaGang

 

 

GreeningBurundi. BurundiGO.

When I ask him if there is somebody helping him on social media, he answers that, by his own initiative, he followed a course on social media and English.

This young man keeps on surprising me.

He takes initiative, he is creative and he has a vision’.

Many people are negative, blame everything on outside things such as history, the past, poverty…

So, while others wait for things to come to them, he walks his path. He even shows the path. Be sure, Life will bring everything to him.
He has an open mind and an open heart.

Not only, does he contribute to a better environment for everyone, even more important,
he is an example for the youth of Burundi.

He is not so much a talker but rather somebody who thinks… to ACT! To contribute to a better world.

This is what should be taught at schools and universities:
Learn to learn by your self. Don’t wait till others tell you what to do. Find your passion and try. Your power and your strength are inside you.”

Emmanuel is not the first to think of planting trees against desertification and deforestation.

In Kenya, Nobel Peace Price Winner Wangari MAATHAI

Wangari Maathai. Nobel Peace Price.

(green belt movement), started with the idea of planting trees.  She believed that the decline of Africa can be countered by the use of culture, nature and self-belief. Even Nelson Mandela is a fan of her.

This doesn’t mean we all have to start to plant trees ( at least a few 😉 but we all have to be conscious that we are all one humanity and one with nature.

 

To understand, hereby a poem of

Thich Nhat Hanh. Embracing a tree.

my teacher Thich Nhat Hanh:

“Look at the tree.
[It] is a wonderful thing, a tree.
A tree is very beautiful.
A tree to me is as beautiful as a cathedral, even more beautiful.
I look[ed] into the tree and I saw the whole cosmos in it.
I saw the sunshine in the tree.
Can you see the sunshine in the tree?
Yes, because without the sunshine, no tree can grow.
I see a cloud in the tree. Can you see?
Without a cloud, there can be no rain, no tree.
I see the earth in the tree.
I see everything in the tree.
So the tree is where everything in the cosmos comes into,
and the cosmos reveals itself to me through a tree.
Therefore, a tree to me is a cathedral,
and I can take refuge in the tree and
I can get nourished by the tree…
I can get in touch with the tree
only if I go back to the present moment,
because the tree can only be found
in the present moment.”

Please feel free to contact us if you want to support Emmanuel and his #greeningburundi project.

 

Stephan Doukhopelnikoff

Africa innovate! A new PC is less than 50$ Why you import old ones that cost more?

Imagine old (huge) PC’s and laptops brought to Africa by containers from US and Europe. What a ‘waste’ of energy, money, transport costs….

raspberry PI 3For what purposes are those PC’s used? Education?
To search the web and use text editors? Mostly all basic things.

This ‘job’ can be done by even smartphones!
And if you want a pc, then first check what you want to do with it.

Instead of struggling to bring old pc’s that cost more and are far less performant than the newest technology to do the job. So check out the latest technology available.

This will bring everybody further. This will close the technology and education gap fast!

You can buy the latest (mini) PC’s from 30$. F.e. Raspberry Pi3. Shuttle etc.

Don’t let the word mini pc mislead you. They are much more performant than the big (also in size) crap you use!

compare raspberry PI3 to laptop or pc
The (mini) pc compared to a laptop!

Advantages:
1. Latest technology;
2. Less consumption, you can compare it with a lightbulb! So it can work easily on solar energy which you have in abundance in Africa.
3. Less weight so lower transport costs.

What is Africa waiting for?

Wake up! GO for IT.

BurundiGO!

Aquaculture important for Burundi. Meeting with Jon Gulbrandsen.

In my series of meetings with people that have ideas for a positive focus in and on Burundi, I had a chat with former researcher and professor, now author, dr. Jon Gulbrandsen.

sd-and-jon-gulbrandsen
Stephan meeting Jon Gulbrandsen on Aquaculture. Bujumbura 15/11/2016

Jon is an aquaculture specialist. He wrote an article on food production and aquaculture to make politicians and the world aware of the value of Aquaculture. Lets learn our lessons and hope people share the benefits from it.

Stephan Doukhopelnikoff Lake Tanganyika
Lake Tanganyika. Doutti.com Photography

“Burundi has the unique possibility to increase her food production significantly by developing aquaculture. This is so because Burundi has some of the world’s richest unexploited freshwater resources, Lake Tanganyika. Aquaculture is the most efficient way of producing animal protein.”

BurundiGO. Imagine. Bujumbura. Clip Video. Youtube

Bujumbura. Urbanisme. Principes. Smart Growth

Bujumbura, Smart Growth.

La beauté réelle c’est ce que la nature et la vie vous offrent.

La ville du future est intelligente et alle est en équilibre entre la nature et les activités de l’homme.
Il est important de connaître le principe de Smart Growth.

Apart du principe du Smart Growth, il y a le ‘Nouvel Urbanisme’, ‘L’urbanisme vert’, ‘écoquartier’, ‘Quartier durable’, le ‘Transit-Oriented’ development (TOD). Il feront sujet des post à publier.

Le Smart Growth est une approche de développement durable qui vise à équilibrer le progrès économique avec la préservation de l’environnement et la qualité de vie.

Le Smart Growth est axé sur un développement à haute densité, les développements à usage mixte et des espaces piétons desservis par le transport en public, créant ainsi des communautés où les résidents utilisent leur automobile au minimum.

L’approche du Smart Growth repose avant tout sur la gestion de l’urbanisation et la lutte contre l’étalement urbain.

Les principaux objectifs de cette approche sont :

⁃ optimiser l’utilisation du sol,
⁃ réduire les coûts d’urbanisation,
⁃ créer un environnement urbain durable,
⁃ améliorer le rendement environnemental des anciens et nouveaux espaces résidentiels,
⁃ favoriser l’implantation d’activités urbaines à proximité des lieux de résidence,
⁃ limiter l’étalement urbain et contrôler la croissance urbaine.
Le Smart Growth s’appuie sur des principes préconisant entre autres une meilleure utilisation du territoire, une réduction des déplacements en automobile et des milieux de vie conviviaux.

Les principes:

⁃ Un développement compact
⁃ Création de milieux de vie offrant une plus grande diversité dans le choix de logements
⁃ Création de quartiers conviviaux pour les piétons
⁃ Encourager la collaboration entre la communauté et les intervenants
⁃ Favoriser des communautés distinctes et attrayantes, avec un fort sentiment d’appartenance
⁃ Des choix de développement conditionnés par la rationalité économique, l’équité et l’efficience
⁃ Des aménagements favorisant la mixité des fonctions urbaines
⁃ Préservation des espaces ouverts, terres agricoles, et les milieux écologiquement critiques
⁃ Offrir une variété de choix de transports
⁃ Renforcer et orienter le développement des communautés existantes

Le Smart Growth résulte en des grandes communautés, avec davantage de choix et de liberté personnelle, un bon retour sur l’investissement public, une plus grande opportunité à travers la communauté, un environnement naturel dynamique et un héritage que nous pouvons être fiers de léguer aux générations à venir.

Cette approche donne la possibilité de créer de nouveaux quartiers pratiques, sécuritaires et en santé, d’encourager les activités physiques et sociales, de protéger l’environnement tout en stimulant la croissance économique et de créer davantage de choix à la population pour le lieu de résidence et les moyens pour se déplacer et interagir avec les gens.

Le Smart Growth s’applique à différentes échelles géographiques (locales, régionales, nationales) et il concerne en premier lieu les politiques, les investissements et les programmes d’acteurs publics.

L’application du Smart Growth représente un défi considérable puisqu’il s’inscrit dans une démarche globale, nécessitant l’implication de plusieurs acteurs.

Source: “LES VILLES VERTES” par Jennifer Mallet